Visite guidée : « Etrange Carnaval »

Du 30 octobre au 24 novembre 2018, la Galerie Rastoll expose 11 images issues de ma série « Etrange Carnaval ». Le travail le plus personnel que j’ai réalisé à ce jour.

Alors avant de venir la découvrir sur les murs blancs, pourquoi ne pas d’abord avoir quelques clés de lecture et découvrir l’histoire de cette série ?




Le pitch…


Etrange Carnaval Nice, France. Février 2017.


« Quatre jours pour accompagner mon fils vers une histoire d’amour adolescente. Quatre jours qui transforment un voyage presque normal en une expérience quasi initiatique. Le moment où l’on sent son enfant partir suivre son propre chemin.


15 ans. Antoine découvre la vie, la belle, la puissante, celle qui donne envie de crier son bonheur. Et chaque jour, je réalise davantage que je devrais le laisser partir loin. Qu’il sera heureux hors de nous, notre foyer, notre famille.

Le rôle des parents est de savoir se rendre inutile. Ce moment me fait peur.

Ce n’est qu’au retour que je réalise à quel point mon inconscient a traduit cette histoire intime en images, directes parfois, symboliques souvent ».


Si je devais résumer en quelques mots…


Cette série est la première série personnelle dans laquelle je laisse mon inconscient dévoiler une histoire qui me touche en tant que père.

Elle évoque l’amour avec toute la beauté et la peur que cela peut inspirer à chacun, ces moments de doutes, ces craintes et cette vision parfois déformée de la réalité.

Une seule session sur quatre jours a suffi, alors que je mets des mois voire des années à construire mes séries. Contre toute attente, celle-ci avait d’emblée un début et une fin.

Le noir et blanc s’est imposé à moi alors que je travaille essentiellement la couleur  aujourd’hui. Il sert l’intensité et la dramatisation du propos.

J’ai réalisé ces images instinctivement, sans réfléchir à ce que je prenais. Comme un témoignage compulsif de ce que je vivais dans l’instant présent.

C’est en revenant du voyage que j’ai réalisé que cette collection d’images prises (presque) au hasard formait une série cohérente traduisant parfaitement mes émotions refoulées. L’inconscient trouve toujours un chemin pour délivrer ses messages…


Et si on s’attardait sur 3 images ?


Allez, je vous offre une lecture psychanalytique de comptoir pour donner un peu de profondeur à 3 images en prise directe avec mon inconscient… Attention, interprétation personnelle qui n’engage que son auteur et en rien votre propre lecture.


« La place de L’Autre »

Nous sommes en plein dans l’histoire d’amour. Voici comment je perçois inconsciemment cette jeune femme qui rentre dans la vie de mon fils et m’en sépare un peu à 15 ans.Quelqu'un qui prend une place importante. Est-ce interdit de le craindre ? C’est la question.



« Se voir autrement »

« Avoir un costume trop grand pour soi ». Le lien est simple pour décrire un adolescent qui sort de l’enfance et endosse des habits encore un peu trop larges, des responsabilités qui ne sont pas encore les siennes. Des fragilités qu’il faut essayer de domestiquer, des opinions qu’il faudra assumer…


« L’Ombre d’un doute »

Une figure menaçante, sombre et inquiétante. Nous sommes dans le  Carnaval, un an après les attentats de Nice, à quelques mètres du lieu où ils ont été commis. Le personnage est comme une épée de Damoclès, suspendue au-dessus du spectateur dont le destin ne peut se réduire à celui de victime.


Récompenses et Expositions

  • Série exposée par la Galerie dans la Place des Photographes, Arles (2018)

  • Série exposée à la RAW Street Photo Gallery, Rotterdam (2017)

  • Mention Honorable aux Monovision Photography Awards (2017)

  • Finaliste du concours Urban Street Diving (2017)


Les formats exposés

  • 11 images tirées à 9 exemplaires signés et numérotés

  • Tirages en noir et blanc en piezophotography par Art Photo Lab

  • Format des tirages : 24x36 cm

  • Passe-partout blanc

  • Avec ou sans cadre (Nielsen C2 40x50 cm)

  • Tarifs à consulter en galerie ;) ou à me demander en m'envoyant un email.

36p. numéro 4 : le magazine de la Galerie Rastoll


François Rastoll m’a fait le plaisir de dédier le quatrième numéro de son magazine 36p à cette série. Un ouvrage de 36 pages contenant la quasi-totalité des photographies réalisées pendant ces 4 jours.


100 exemplaires numérotés et signés en vente à la Galerie Rastoll au tarif de 25 euros.


Pour la petite histoire, je comptais dédié un de mes carnets photographiques à cette série mais le 36p. de François Rastoll était tellement plus logique dans l’histoire de cette série que je n’ai eu aucune hésitation. Peut-être le jour où les 100 exemplaires seront épuisés ;)


Liens & références


#Exposition #GalerieRastoll #EtrangeCarnaval #NoirEtBlanc


129 vues

© 2019 Philippe Blayo - Mentions légales